Actualités

Statines : un futur scandale sanitaire ?

Le scandale des statines :

 

Medicaments

 

Depuis quelques temps, le débat fait rage dans la communauté médicale : les statines ont-elles un intérêt dans la prévention du risque cardio-vasculaire ? Quel est le rapport bénéfice / risque des statines ?

 

Cholestrol

 

Si vous avez du cholestérol ou qu'un de vos proches a un taux de cholestérol important, alors écoutez le Dr Lorgeril. Il est médecin, chercheur au CNRS, cardiologue et spécialiste du cholestérol. 

 

Le Dr Lorgeril prend la parole.

 

N'hésitez pas à faire circuler cette page auprès de tous ceux qui pourraient être intéressés.

La vitamine D : une vitamine essentielle

La vitamine D, pseudo vitamine, quasi hormone aux multiples rôles : immunité, croissance, bien-être et bien  d'autres encore ...

 

Soleil1

 

La vitamine D, contrairement aux autres vitamines, ne se trouve quasiment pas dans notre alimentation. Nous la fabriquons majoritairement entre avril et septembre, lorsque les UVB sont suffisamment puissants pour que notre peau la synthétise. Ainsi, notre corps constitue des réserves pour la saison froide (d'octobre à avril).

Mais il y a un hic ... Nous ne sommes pas tous exposés de la même façon au soleil ... Ainsi, en France (au-dessus des Pyrennées), 70 à 80 % de la population se trouve carencée en hiver, les réserves étant épuisées à l'automne ...

De plus, la couleur de peau a une influence sur la synthèse de la vitamine D : ainsi les peaux claires la synthétisent bien plus rapidement que les peaux foncées. Les peaux noires doivent rester deux fois plus longtemps au soleil pour synthétiser la même quantité de vitamine D que des peaux blanches.

 

Mais quels sont les rôles de la vitamine D sur notre métabolisme ?

Cuillere d huile de foie de morue

Autrefois donnée aux enfants pour lutter contre le rachitisme (la célèbre "huile de foie de morue"), c'est en Angleterre, en en 1782 que le Dr Dale-Percival en donna l'initiative.

En France, en 1865, c'est le Dr Armand Trousseau qui recommanda l'huile de foie de morue et le soleil pour lutter contre le rachitisme de plus en plus présent.

C'est bien plus tard, qu'on démontre le rôle de la vitamine D sur la fixation du calcium sur l'organisme. En fait, elle régule le calcium de l'organisme. De ce fait, elle a un rôle dans la prévention de certaines maladies telles que l'ostéoporose, l'ostéomalacie, la polyarthrite-rhumatoïde, le rachitisme etc.

Plus tard, d'autres études démontrent que la vitamine D a un rôle important dans l'immunité innée (défense de l'organisme immédiate face à des agents infectieux).  Ainsi, on observe moins de rhumes et de grippe chez les personnes ayant un bon taux de vitamine D.

Elle ferait également baisser les facteurs de risque des maladies cardio-vasculaires, certaines maladies auto-immunes, le diabète de type 1 ...

Mais d'autres propriétés sont apparues et pas des moindres : des résultats en laboratoire  (les frères Garland) établissent clairement que la vitamine D s'oppose au développement des tumeurs chez l'animal ou dans des cultures de cellules ... Par ailleurs, des cartes établissant le taux d'ensoleillement montrent clairement moins de cancers dans les pays mieux dotés en UVB "utiles".

D'autres études encore montrent qu'une carence en cette vitamine augmente le risque du cancer du côlon.

De plus, Elle interviendrait également sur la production de sérotonine et d'adrénaline, régulatrices de l'humeur...

Comment  ?

Pour assurer un bon taux de vitamine D, il convient de s'exposer un peu tous les jours, à la mi-journée, le plus découvert possible entre avril et septembre. Une exposition de dix à quinze minutes à midi en été, jambes et bras découverts apporterait environ 2500 UI. Bien évidemment, sans crème solaire, qui ne permettrait plus aux UV de passer !

Quinze à trente minutes par jour suffisent, selon la tolérance de chacun car il n'est pas question de brûler! Il est donc indispensable d'observer sa propre tolérance pour ne pas faire rougir la peau et d'avoir à l'esprit que plus la peau est foncée, plus elle aura besoin d'une dose importante de soleil pour fabriquer de la vitamine D !

Pour les vacances dans les pays chauds, en montagne, en bateau etc., il reste impératif, quelle que soit la couleur de la peau,  de se protéger pour ne pas brûler (vêtement, chapeau, lunettes de soleil, crème solaire ...).

Bronzage 011 topsitefr

 

A partir du moment où le soleil devient désagréable sur la peau, il faut s'en retirer. Ainsi, vous obtiendrez un bon taux de vitamine D, sans les méfaits liés aux UV. En France, au-dessus de la chaine naturelle des Pyrennées (donc pour beaucoup d'entre nous), l'ensoleillement étant trop faible, il faudra toutefois se complémenter à l'automne pour maintenir un bon taux de vitamine D, l'alimentation en contenant trop peu, y compris en consommant des laits ou yaourts enrichis.

Combien ?

Selon les recommandations officielles, 200 UI par jour pour des adultes sont suffisants. Cependant un bon taux de vitamine D au sortir de l'été doit se situer entre 30 et 60 ng /mL. Or, 200 UI (5 ng) par jour sont insuffisantes pour obtenir un tel taux dans le sang. Selon certains chercheurs, il faudrait 1400 UI (35 ng) ...

 

3766 20100201104710 zoom

 

Quoi qu'il en soit, se complémenter à la fin de l'automne jusqu'au printemps reste une bonne alternative (pas de vitamine D au beaux jours lorsqu'on prend le soleil!). Vous pouvez demander à votre médecin traitant une prescription pour faire mesurer votre taux de vitamine D. Au sortir de l'été, le taux doit être haut. En revanche, en hiver, si vous mesurez votre taux, il y a de fortes probabilités pour qu'il soit au plus bas.

La vitamine D3 est la plus assimilable. Elle est à privilégier (en voici une de bonne qualité). Enfin, sachez que différentes études mettent en avant qu'une dose quotidienne de vitamine D est bien plus profitable que des doses massives pour plusieurs mois... 

Pour les plus jeunes, évitez le célèbre complexe de vitamine D associé au fluor. En effet, de récentes études (The Lancet) démontrent encore une fois la toxicité du fluor (ce sera le sujet d'une prochaine newsletter).

Une dernière chose, n'oubliez pas de prendre votre vitamine D3 lors du repas pour une bonne assimilation avec les gras !

 

Pour en savoir plus sur les vitamines et les minéraux travail-fin-d-etude-2.pdf(172.65 Ko)

Eco-consommation, directement du producteur au consommateur

Manger mieux, mangez juste !

 

Dans votre quartier.

Pour vous, votre famille.

Des offres avantageuses de produits frais, en direct des producteurs.

 

C'est la Ruche qui dit Oui

 

"La ruche qui dit oui" est un concept qui permet d'acheter directement au producteur, en évitant ainsi les marges de plusieurs intermédiaires.

Elle offre des produits frais de qualité (viandes, légumes, pain, ...), à un prix juste, ainsi qu'une rémunération à sa juste valeur au producteur.

Tout le monde peut monter une ruche ! Ainsi la personne qui décide de mettre en place une ruche trouve des producteurs, les consommateurs et organise la livraison et la réception des commandes. Elle perçoit alors une petite commission ce qui lui permet un complément de revenus.

Venez vite rejoindre la ruche la plus proche de chez vous !

 

La spiruline, un aliment d'exception

La spiruline, micro-algues consommées depuis plusieurs siècles, est un concentré de nutriments, faible en calories.

 

Spiruline

 

En fonction de la souche, les propriétés varient  mais certaines valeurs, pour avoir été analysées à plusieurs reprises, restent élevées :

Riche en protéines de qualité (60 à 70%), la spiruline contient notamment :

Des vitamines :

A, B1, B2, B3, B5, B6, B8, B9 (acide folique), B12, E.

Un défaut de vitamine B12 mène à l'anémie pernicieuse, frèquente chez les personnes âgées les végétariens et les végétaliens.

Des minéraux et oligo-éléments :

Phosphore, magnésium, fer, zinc, lithium, calcium, sodium, manganèse, sélénium, cuivre ...

Le fer : Il est présent en grande quantité (12 fois plus que les lentilles et 40 fois que les épinards) et surtout, il est bien plus assimilable que celui contenu dans la viande. Il vous suffit de l'associer à une source de vitamine C pour le fixer (un jus d'orange pressée par exemple) .

Des acides-gras essentiels (que notre corps ne peut pas synthétiser) :

Notamment un taux élevé d'acide gamma-linolénique (source la plus importante après le lait maternel) qui joue un rôle clé au niveau de la régulation des mécanismes cellulaires.

Des pigments :

Entre autres de la chlorophylle, du bêta-carotène, de la superoxyde dismutase de la phycocianine (pigment bleu naturel) connus comme de puissants antioxydants (lutte contre les radicaux libres)

A noter que la spiruline contient 20 fois plus de bêta-caroténe que la carotte. C'est l'aliment le plus riche en bêta-carotène.

Des acides aminés (dont 7 des 8 essentiels) :

Dont notamment l'isoleucine, la leucine, la tyrosine, l'arginine, la théonine, la lysine.

Les propriétés de la spiruline ne s'arrête pas là.

Plusieurs études ont démontré que la spiruline pourrait avoir des effets thérapeutiques remarquables tel que le rapporte le "journal of apllied phycology", Belgique,1993.

Ainsi, la spiruline normaliserait les taux de cholestérol et de glucose (diabète), normaliserait la tension, aurait un effet sur l'obésité, en plus d'un effet protecteur face aux rayons...

Pour finir, je vous invite à lire la conclusion d'une thèse de doctorat en pharmacie sur la spiruline, de Sébastien SGUERA (déc 2008) :

"Depuis la nuit des temps, il existe sur Terre une source nutritionnelle et thérapeutique naturelle sans égale. Richesse protéique, acides-aminés essentiels, acides-gras essentiels, complexes vitaminiques multiples, fer biodisponible, activités antioxydantes, anti-inflammatoires, anticancéreuses, antivirales, immunomodulatrices, tout ceci condense dans une simple algue bleue microscopique nommée Spirulina platensis.

Plus connue sous le nom de spiruline, cette cyanobactérie est aujourd'hui reconnue et utilisée dans les pays en voie de développement pour ses propriétés nutritionnelles pour lutter contre la malnutrition. Il est prouvé qu'une consommation régulière de spiruline permet a des enfants dénutris de suppléer aux besoins nutritionnels essentiels qu'une alimentation peu diversifiée ne peut leur apporter. C'est aussi dans le but de lutter contre la malnutrition que de nombreuses ONG viennent apporter leur aide, de part le monde, aux populations pauvres pour permettre un développement local et une gestion autonome de la culture de spiruline.

Dans les pays développés, même si la spiruline n’a suscité l’intérêt des scientifiques que tardivement, elle jouit aujourd'hui d'un insert grandissant grâce a ses multiples propriétés thérapeutiques. Ces effets bien qu'étant plus préventifs que curatifs, en font un complément alimentaire de choix pour prévenir la survenue de maladies tels que les maladies cardiovasculaires, les cancers ou les infections virales, mais aussi pour diminuer les effets secondaires de traitements médicamenteux lourds tels que le sont les traitements anti-néoplasiques ou anti-retroviraux. Pour une fois, le terme d'aliment fonctionnel pourrait être employé a juste titre, tant le nombre et la qualité des études scientifiques portant sur la spiruline attestent de sa réelle valeur nutritionnelle et de certains effets thérapeutiques.

Au vu de toutes ces propriétés, les professionnels de l'industrie cosmétique, pharmaceutique ou agro-alimentaire, ont pris conscience de l'énorme potentiel commercial de l'algue bleue. Pour le moment, les produits à base de spiruline sont encore peu nombreux, mais à l'heure actuelle ou fleurit le concept de la nutrition santé, il est certain que le marche des micro algues alimentaires, avec comme chefs de files Spirulina platensis et Chlorella vulgaris, est a l'aube d'une croissance mondiale importante. Dans les années a venir, nos assiettes risquent fortement d'être remplies de micro-algues alimentaires sous une forme ou sous une autre.

Spirulina platensis apparaît comme l'aliment santé de demain. Au vu de tous ces éléments, l'algue bleue semble donner tout son sens au célèbre aphorisme d'Hippocrate : "Que ta nourriture soit ton médicament "."

 

 

Lire la suite

Nouvelle étude : Les pesticides bien plus dangereux qu'annoncés ...

Vous avez certainement déjà entendu parlé du Professeur Séralini.

Il a fait parler de lui avec son étude, très controversée, sur les O.G.M., fin 2012.  Si, si, rappelez vous, les photos chocs de rats déformés par d'énormes tumeurs.

Le revoici avec une nouvelle étude sur les pesticides :

Il explique que le degré de toxicité des pesticides est évalué en fonction du principe actif. Le problème est que les adjuvants, qui ne sont pas dévoilés, modifient le principe actif, le rendant hautement toxique ...

Ainsi en testant 9 pesticides in vitro sur des cellules humaines et non plus seulement le principe actif , le constat est sans appel : 8  formulations sur 9 sont des centaines de fois plus toxiques qu'annoncées ...

Cette seconde étude, qui vient appuyer la première, a été relayée par sciences et avenir.

Bien sûr, Séralini a ses détracteurs. Quoi de plus normal quand on s'attaque au Roundup, produit phare de la trop célébre entreprise Monsanto !

N'oublions pas non plus que la France est le premier pays agricole d'Europe.

Ainsi, en lisant le rapport de l'inserm sur les pesticides, on apprend que les rendements de blé, par exemple, sont passés de 15 quintaux par hectare à 70 quintaux par hectare en un peu plus de 60 ans ...

"La France est un des premiers utilisateurs mondiaux de pesticides" peut-on lire un peu plus loin ...

La vigne n'est pas épargnée :  elle représente environ 3% de la surface agricole en France et utilise environ 20% des pesticides à elles seules...

 

 

 

Notre cerveau entérique

Le ventre notre deuxième cerveau ? En fait, il pourrait s'agir de notre "premier" cerveau ...

On le savait déjà (et nous l'avions parfois constaté à nos dépens !), l'émotionnel est en liaison directe avec notre ventre ... Mais ce que nous ne savions pas (contrairement aux thérapies holistiques) de manière scientifique  c'est que notre ventre influe sur notre cerveau.

Ainsi, la dépression mais aussi les pathologies nerveuses sont issues de notre macrobiote...

"On est ce que l'on mange"

Un excellent documentaire à regarder, pour ceux qui veulent comprendre :

http://future.arte.tv/fr/le-ventre

Lire la suite

Légalisation de la naturopathie au Portugal

Isabelle ROBARD

Docteur en droit

Dix années après sa première loi dans le domaine des médecines non-conventionnelles (I), le Portugal vient de voter en juillet 2013 une nouvelle loi (II) confortant et renforçant la légalisation des praticiens de santé non-médecins dans ce domaine et, en particulier, les naturopathes.

I. LA LOI CADRE DE 2003

Le Portugal où régnait un monopole médical à la française s’était déjà illustré en 2003 en faisant voter une loi cadre visant à encadrer 6 des 8 disciplines des médecines non-conventionnelles énumérées par la Résolution du Parlement européen du 29 mai 1997 dont la Naturopathie, à savoir : l’acupuncture, l’homéopathie, l’ostéopathie, la naturopathie, la phytothérapie et la chiropractie.

Cette loi cadre définissait les médecines non-conventionnelles comme « les médecines qui se fondent sur une philosophie différente de la médecine conventionnelle et appliquent des processus spécifiques de bilans et de thérapeutiques ».

Dans un second chapitre ce texte reconnaissait déjà l’autonomie technique et déontologique des professionnels et fixait comme tutelle celle du ministère de la Santé.

Une commission technique consultative composée d’un professionnel de chaque discipline et des ministères de la Santé, de l’Education et des Sciences et de l’Enseignement supérieur était créée ayant vocation à être consultée sur la mise en place notamment des critères d’exercice et de formation et qui devait cesser ses fonctions en 2005 dès lors que le processus d’exécution aurait été mis en place.

II. UNE NOUVELLE LOI EN 2013

Forte des avis formulés par la commission technique et des avis des commissions santé, sécurité social et Travail, une nouvelle loi qui entrera en vigueur en octobre prochain, vient de voir le jour, après une reprise du processus parlementaire en 2012.

Cette nouvelle proposition de loi s’est appuyée sur les orientations de l’Organisation mondiale de la Santé et sur les grandes lignes de la précédente loi de 2003, « évoquant une lacune depuis plus de 9 ans »

Le Conseil des ministres portugais a donc présenté en novembre 2012 sur la base de divers avis, une proposition de loi portant sur les 6 disciplines initialement visées, dont LA NATUROPATHIE.

Les grandes lignes de ce texte sont les suivantes :

    - Reprise de la notion d’indépendance technique et déontologique déjà fixée en 2003, démontrant que ces praticiens de santé naturopathes ne seront pas des auxiliaires de santé agissant sur prescription médicale, mais des professionnels de premier rang d’accès ;

    - Licence professionnelle à obtenir selon des critères de formation à venir (cycle d’études compatible avec les exigences fixées pour chaque branche). A cet effet, un Conseil consultatif pour les médecines non-conventionnelles est mis en place chargé de définir les critères d’exercice et de formation aves des représentants des disciplines concernées et des ministères (santé, enseignement supérieur, du travail), un représentant de l’Ordre des médecins, de l’Ordre des pharmaciens, des consommateurs ;

     - Etablissement d’un Registre actualisé par l’ACSS (Administration Centrale du Système de Santé) et mis en ligne par l’administration ;

     - Les critères de base juridico-déontologiques sont définis (information claire, loyale et transparente sur le pronostic, le traitement et sa durée, recueillir le consentement du consultant selon les Bonnes pratiques en vigueur dans la Profession, ne pas alléguer fallacieusement pour le praticien que sa pratique peut soigner les maladies, les dysfonctions et les malformations) ;

     - Interdiction pour le praticien naturopathe de vendre des produits dans ses locaux de consultation ;

     - Obligation d’être assuré en Responsabilité civile professionnelle.

Cette obligation ne fait que confirmer celle fixée par une Directive européenne de 2011.

Un point novateur dans cette réglementation comparativement au droit comparé européen, est qu’afin d’éviter toute éventuelle interaction, il est fait obligation au patient/consultant de faire savoir par écrit à son praticien naturopathe s’il prend des médicaments conventionnels ou naturels, ce qui permet d’établir dans la relation juridique patient/praticien, une obligation d’information/transparence et de responsabiliser le patient.

En cas de violation de la loi, des sanctions sont prévues à la fois pénale (amendes) et de suspension de la licence pouvant aller de 3 mois à 3 ans et jusque la radiation définitive.

Des dispositions transitoires sont également fixées, sachant que les décrets d’application devront être pris dans les 180 jours suivants l’entrée en vigueur de la loi du 22 juillet 2013, publiée en septembre 2013.

CONCLUSION

Cette loi qu’il faut saluer se situe dans la droite ligne des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé en appelant aux gouvernements pour une intégration des médecines traditionnelles ou non-conventionnelles, non seulement dans les pays en voie de développement mais également dans les pays dits développés.

Cette loi se situe aussi dans la mouvance de la Résolution du Parlement européen du 29 mai 1997 qui en appelait à une harmonisation dans ce domaine indiquant notamment :

« Considérant l'importance d'assurer aux patients une liberté de choix thérapeutique aussi large que possible, en leur garantissant le plus haut niveau de sécurité et l'information la plus correcte sur l'innocuité, la qualité, l'efficacité et les éventuels risques des médecines dites non conventionnelles, et de les protéger contre les personnes non qualifiées ».

Enfin, le Portugal se situe dans la droite ligne de la réglementation de nombreux Etats membres de l’Union européenne tout en innovant en responsabilisant le patient, en l’obligeant à informer loyalement son naturopathe sur sa consommation de médicaments conventionnels et naturels.

Nous constatons que nombre des critères définis par la loi portugaise sont déjà mis en place en France à travers les organisations professionnelles sérieuses de la naturopathie.

A l’heure où la France revoit la réglementation des ostéopathes à travers les critères de compétence et de formation, gageons que ce texte portugais portant officialisation du titre de naturopathe serait susceptible d’insuffler une inspiration aux pouvoirs publics français, notamment suite à la parution en octobre 2012 des recommandations du Centre d’analyse stratégique de Matignon proposant la légalisation des naturopathes par la mise en place d’un label.

Lire la suite