naturopathe

Etre naturopathe ...

 

Etre naturopathe, ça consiste en quoi exactement ?

 

Images

 

Depuis plusieurs années que j'exerce ce beau métier, beaucoup m'ont demandée en quoi consistait exactement la profession de naturopathe et les études nécessaires pour s'y former.

De plus en plus plébiscitées, les thérapies alternatives ont le vent en poupe et depuis 2016, on assiste à un véritable engouement pour la naturopathie.

Aussi, quand j'ai reçu par email un questionnaire bien construit d'une personne envisageant sa reconversion, j'ai décidé d'en faire bénéficier le plus grand nombre.

Voici donc ci-dessous les réponses aux questions que peut-être vous vous posez ....

 

1.  En quoi consiste exactement ce travail ?

La naturopathie est une thérapie holistique qui vise à optimiser la santé et réactiver les processus d’auto-guérison de notre corps. Concrètement : Eduquer à une bonne hygiène de vie (alimentation, sport, gestion du stress, validation des apports en nutriments essentiels etc…) en analysant les mauvaises habitudes alimentaires ou autre du patient et en lui transmettant "ses" clefs pour améliorer sa santé. Le naturopathe transmet son savoir et explique au patient.

 

2.  Pouvez-vous me décrire une journée type ?

Une de mes journées types : Commence à 8h30/9h, rappels sms aux patients de leur rendez-vous dans les 2 à 3 prochains jours, gestion et remaniement du planning après consultation des emails et sms, rappels des personnes souhaitant un rendez-vous, consultations des emails, élaboration des compte-rendus de séances avec compléments d’informations, rédaction d’articles d’actualité, comptabilité, etc... Consultations à partir de 10h30 jusque 12h30-13h00 (en fonction du type de rendez-vous : bilan ou suivi). Reprise en début d’après-midi des consultations (si pas de consultation en début d'après-midi, reprise des activités du matin : compte-rendus, rédaction d'articles, lectures d'études etc.) pour finir souvent tard car les patients travaillent généralement et viennent en consultation après le travail. J'arrête généralement vers 20h00 mais il est arrivé que je termine plus tard...

 

3.  Quel est le niveau d'étude ou quelle est la formation nécessaire pour exercer ce métier ? Y a t-il une école mieux qu'une autre ?

Il existe beaucoup d’écoles car le créneau est porteur mais souvent elles sont « orientées » (un directeur d’école qui gère un «regroupement » de naturopathes par exemple ...). Pas de diplôme reconnu en France mais le droit d’exercer tant qu’on paie ses charges !… Vous pouvez même vous auto-proclamer naturopathe demain si vous le souhaitez ! (mais je vous le déconseille vivement !!!...).

 

4.  Y a t-il des connaissances spécifiques à maîtriser ?

Oui, il faut selon moi de bonnes connaissances d’anatomie et de physiologie. Les compléments alimentaires, les plantes et l’aromathérapie nécessitent de bien connaitre les interactions possibles (beaucoup de patients ont des traitements médicamenteux). Une bonne connaissance de la nutrition est indispensable ainsi que des notions de psychologie.

 

5.  Selon vous, quelles sont les qualités (ou traits de caractères) qu'il faut avoir ?

Il faut, je pense, être doté de bon sens, de confiance en soi et d’altruisme … Ce n’est pas un métier que l’on fait pour «l’argent» mais par passion  de « l’humain » comme je le dis souvent. Il faut avoir une bonne capacité d’écoute et travailler sa sensibilité car beaucoup de souffrance dans la parole de bon nombre de patients…

 

6.  Quelles sont vos conditions de travail (horaires, déplacements, travail seul ou en équipe, matériel à acheter, ...) ?

Personnellement, je travaille du lundi au vendredi, de 9h00à 20h00, les consultations se font de 10h30 à 20h00 avec une pause déjeuner d'une heure environ. Quelques déplacements très limités, généralement sur Villemoisson. Pas de matériel spécifique en ce qui me concerne si ce n’est un PC, un téléphone et un mètre de couturier pour les mensurations. Le reste se fait avec la tête ;-)

 

7.  Quels sont les points positifs et les inconvénients liés à votre métier ?

Les points positifs : Souplesse de l’emploi du temps, la valorisation par l’aide apportée, le côté diversifié (car il faut aussi s’occuper de sa propre communication, de sa comptabilité, et éventuellement de conférence, rédaction d’articles, etc.).

Les points négatifs : La difficulté, surtout au départ, à recevoir des personnes en grande souffrance morale, mais aussi des gens malades (maladies auto-immunes, cancers etc…) qui demandent beaucoup de temps en amont ne serait ce que pour vérifier les interactions. L’incivisme de certaines personnes qui ne viennent pas au rendez-vous ou vous décalent sans cesse pour de mauvaises raisons ou annulent à la dernière minute, ne laissant pas la possibilité de proposer le créneau à une autre personne...

 

8.  Quelle est la fourchette de salaire ?

Il faut compter environ 3 ans pour développer une « patientèle » et donc pouvoir prétendre à un salaire brut compris entre 1500 et 2500 euros bruts (il faut enlever environ 30 % de charge et le loyer du cabinet), en travaillant 30/35 heures par semaine (ce temps de travail comprend seulement les consultations et les compte-rendus envoyés). Mais tout dépend des tarifs pratiqués, du nombre de patients et du temps consacré à chacun. Personnellement je limite le nombre de patients par semaine car comme vous avez pu le constater, il y a pas mal de choses à faire à côté, et prêter une oreille attentive prend beaucoup d’énergie! Passer d'une histoire à une autre - la naturopathie est holistique- puise dans las capacités d'adaptation. Il faut aussi vérifier avec soin les recommandations adressées, pas question de commettre une erreur en recommandant quelque chose d’inadapté !

Le revenu augmente ensuite en fonction du nombre de patients (beaucoup d’installations de naturopathes ces dernières années), les compétences du praticien, et le nombre d’heures consacrées bien entendu ! Mais je ne suis pas certaine que tous les naturopathes travaillent à temps plein.

Enfin il faut prendre en compte les charges un peu plus de 24 % qui ne comprennent pas la location du local/cabinet ni les charges (eau, électricité...) ni les fournitures (papiers, encres ...).

 

9.  Quels conseils pourriez-vous me donner ?

La naturopathie est très en vogue et le nombre de naturopathe s’est multiplié particulièrement ces 3 dernières années. Aussi, il faut bien y réfléchir car c’est un investissement en temps et en énergie considérables. Ne comptez pas non plus tout de suite sur un "vrai" salaire et, en fonction de votre secteur et de vos compétences, peut-être un travail à mi-temps seulement.

 

Les carottes qui constipent, une idée reçue !

 

Carottes 1

 

La carotte, un légume racine à cuisiner plus souvent !

 

Un petit article aujourd'hui court et simple pour relayer et démentir un apriori sur nos pauvres carottes : elles ne constipent pas !

 

Bien sûr, c'est le choc ... Depuis toujours, en cas de désordre digestif, diarrhée, gastro-entérite et autre charmants virus, que l'on ait 8 mois 30 ou 60 ans, la carotte était notre meilleure amie !

Amie carotte 2

 

Aussi, lorsqu'en consultation, on me dit ne pas manger de carottes pour éviter la constipation, j'explique que la carotte ne constipe pas, mais au contraire, régule le transit !

 

Car la carotte, est riche en fibres : ces fibres ont une grande capacité à retenir l'eau ce qui est utile en cas de diarrhée. Pour autant, lorsque le transit est normal ou ralenti, ces fibres sont douces et participent à réguler le transit intestinal.

 

Ainsi, râpées finement, en petite quantité en début de repas, elles favorisent le transit tout en amenant des antioxydants (le fameux bêta-carotène) qui permettent de lutter contre les radicaux-libres.

Elles permettent également de lutter contre le cholestérol grâce à leur pectine (une variété de fibres).

 

Carottes rapees

 

Lorsqu'elles sont cuites, leurs fibres douces permettent de retenir l'eau : elles améliorent donc la consistance des selles...

Ainsi en cas de diarrhée, une soupe de carotte ou une purée de carottes sera tout à fait bénéfique pour ramener une consistance de selles normales.

Si le transit est normal ou un peu fainéant, une purée de carottes ou une soupe de carottes ne le ralentira pas pour autant ! Et cuire les carottes rendrait les caroténoïdes plus disponibles (avec un peu de matières grasses de bonne qualité car les caroténoïdes sont liposolubles, c'est-à-dire solubles dans le gras).

Cerise sur le gâteau, la carotte regorge de vitamines et de minéraux : le bêta-carotène cet anti-oxydant précurseur de la vitamine A (une vitamine très importante pour la vue et la peau notamment), est excellent pour la santé. 

La luthéine et la zéaxanthine, deux autres bêta-carotènes, sont également excellents pour les yeux : ils diminuent le risque de développer une cataracte.

 

Vision

 

La carotte comporte également des vitamines B (notamment de la B6), et de la vitamine K, (vitamine qui permet la coagulation de votre sang), et elle est très alcalinisante, plutôt intéressant pour contrer l'acidité métabolique liée à nos modes de vie.

Une dernière information sur la carotte : son goût sucré prête à dire qu'elle est calorique et apporte beaucoup de sucre.... Encore une idée reçue puisque ses fibres abaissent le passage du sucre dans le sang, son index glycémique est donc bas (16 quand elle est crue et un peu moins de 50 quand elle est cuite), bien plus bas que celui de la pomme de terre !

 

Programme du salon du bien-être

SALON DU BIEN ÊTRE : DIMANCHE 14 OCTOBRE AU LUDION, de 10h00 à 17h00

 

LE PROGRAMME DES ATELIERS ET DES CONFERENCES !

Programme 2018