Blog

Ce que Yuca ne vous dit pas ...

 

 

Scanner les aliments

 

Bons nombres de patients mais aussi beaucoup de mes proches me parlent avec intérêt et engouement de la très célèbre application "Yuca"....

Cette application gratuite est basée sur une base de données collaborative "Open Food Facts" et il est vrai que ces deux aspects vont dans le bon sens.

Mais en tant que naturopathe, je ne peux m'empêcher de penser à l'effet "pervers" de Yuca : elle pousse à consommer des aliments ultra-transformés en toute bonne conscience...

Car il faut être clair : si Yuca alerte bien sur plusieurs facteurs intéressants, elle n'en reste pas moins une application qui vous permet de faire un "choix" entre deux aliments transformés/ultra-transformés.

Quand vous achetez de la viande, des oeufs, des légumes et des fruits frais, vous n'avez pas besoin de scanner un code-barre, ce que vous consommez est "brut" et n''a subi aucune transformation.

Or, les aliments ultra-transformés, même sans additifs ou avec peu d'additifs sont délétères pour la santé.

Voici la classification NOVA  des aliments (INRA), en quatre groupes :

Aliments peu ou pas transformés (Groupe I) sont des aliments qui n'ont reçu aucun ajout d'exhausteur de goût ou conservateur tel que le sucre ou le sel. Des légumes frais ou simplement surgelés. Le riz ou autres céréales, les pâtes sèches sont également des aliments peu transformés.

Les ingrédients culinaires transformés (Groupe II) sont des aliments qui nous sont nécessaires dans la réalisation de nos plats "maison" telle que l'huile d'olive par exemple, que l'on aura obtenu par extraction ou encore la farine pour réaliser une pâte. Ils servent majoritaiement à préparer, assaisonner et cuire.

En revanche, dès lors qu'il y a adjonction (sel, sucre, ferments ...) ou extraction / raffinage,  l'aliment est transformé (Groupe III) :  Ce sont des aliments auquels on a ajouté des ingrédients du groupe II. Les conserves par exemple dans lesquelles on aura ajouté du sel, du sucre ou du vinaigre dans le but d'une meilleure conservation ou des aliments que l'on a cuit pour obtenir un autre aliment (le pain par exemple) ou encore qui ont subi une fermentation comme le yaourt nature.

La catégorie qui pose réellement problème est justement celle pour laquelle Yuca est beaucoup utilisé : les aliments ultra-transformés.

 

Aliments poisons repe rer les pie ges de notre alimentation

 

Ce sont des aliments qui ont été créés pour être prêts à consommer ou se conserver pendant très longtemps. Ils subissent des transformations industrielles : les sodas et boissons sucrées en font partie, de même que les nuggets de volaille ou de poisson, mais encore les yaourts aux fruits ou les crèmes desserts, les céréales du petit-déjeuner, les biscuits, les chips etc...

"tous produits transformés avec ajout de conservateurs autre que le sel (nitrites par exemple), ainsi que les produits alimentaires principalement ou entièrement constitués de sucre, de matières grasses et d'autres substances non utilisées dans les préparations culinaires telles que les huiles hydrogénées et les amidons modifiés. Les procédés industriels comprennent par exemple l'hydrogénation, l'hydrolyse, l'extrusion, et le prétraitement par friture. Des colorants, émulsifiants, texturants, édulcorants et d'autres additifs sont souvent ajoutés à ces produits." (INRA).

 

Le souci c'est également que cette application est générée par rapport à une base de données collaborative "open food facts".

Cette base de données a le mérite d'être indépendante mais elle peut comporter des erreurs, comme par exemple les crèmes desserts "pâturage" ci-dessous, classées groupe NOVA 1 alors qu'il s'agit d'un produit ultra-transformé.

https://fr.openfoodfacts.org/produit/3250391540334/creme-dessert-paturages

De même le "coca-cola sans sucre" écope d'un B sur le plan nutritionnel car il ne contient pas de sucre (mais d'un 4 en classification NOVA)! Quel est alors le message passé au consommateur ?

https://fr.openfoodfacts.org/produit/5449000053565/coca-cola-light

Ce que Yuca ne vous dit pas non plus, c'est l'index glycémique des aliments... En effet, seule la quantité de sucres rapides est prise en compte, ce qui induit fortement en erreur le consommateur.

L'index glycémique d'un aliment est la rapidité avec laquelle le sucre va être métabolisé par notre ogranisme. Ainsi des aliments contenant des "sucres lents" sont catégorisés comme peu sucrés et sont donc censés ne pas avoir d'effet sur votre glycémie... Si l'on regarde les "raviolis Panzani" dans la base de données de Yuca, on pourra constater que c'est un aliment ultra-transformé ce qui lui vaut un D en terme de classification NOVA, en revanche, l'intérêt nutritionnel écope d'un B elle aussi...

https://fr.openfoodfacts.org/produit/3038352880305/le-ravioli-pur-boeuf-panzani

Peu de sucre et peu de gras ? Je vous mets au défi de consommer régulièrement des raviolis! je doute fort que vous ne preniez pas de poids... Car ces pâtes de raviolis ont été prè-cuites et lorque vous les réchaufferez, elles se transformeront en sucre rapide, avec toutes les conséquences que cela impose (plus d'informations lors de ma conférence en octobre au Ludion, dans le cadre du "salon du bien-être").

Le Ravioli, Pur Bœuf - Produit

Aussi, avant de télécharger Yuca, pensez plutôt à regarder simplement le nombre d'ingrédients qui composent ce que vous souhaitez acheter : plus de cinq ingrédients, vous pouvez reposer votre produit sans même le scanner ;-)

Les carottes qui constipent, une idée reçue !

 

Carottes 1

 

La carotte, un légume racine à cuisiner plus souvent !

 

Un petit article aujourd'hui court et simple pour relayer et démentir un apriori sur nos pauvres carottes : elles ne constipent pas !

 

Bien sûr, c'est le choc ... Depuis toujours, en cas de désordre digestif, diarrhée, gastro-entérite et autre charmants virus, que l'on ait 8 mois 30 ou 60 ans, la carotte était notre meilleure amie !

Amie carotte 2

 

Aussi, lorsqu'en consultation, on me dit ne pas manger de carottes pour éviter la constipation, j'explique que la carotte ne constipe pas, mais au contraire, régule le transit !

 

Car la carotte, est riche en fibres : ces fibres ont une grande capacité à retenir l'eau ce qui est utile en cas de diarrhée. Pour autant, lorsque le transit est normal ou ralenti, ces fibres sont douces et participent à réguler le transit intestinal.

 

Ainsi, râpées finement, en petite quantité en début de repas, elles favorisent le transit tout en amenant des antioxydants (le fameux bêta-carotène) qui permettent de lutter contre les radicaux-libres.

Elles permettent également de lutter contre le cholestérol grâce à leur pectine (une variété de fibres).

 

Carottes rapees

 

Lorsqu'elles sont cuites, leurs fibres douces permettent de retenir l'eau : elles améliorent donc la consistance des selles...

Ainsi en cas de diarrhée, une soupe de carotte ou une purée de carottes sera tout à fait bénéfique pour ramener une consistance de selles normales.

Si le transit est normal ou un peu fainéant, une purée de carottes ou une soupe de carottes ne le ralentira pas pour autant ! Et cuire les carottes rendrait les caroténoïdes plus disponibles (avec un peu de matières grasses de bonne qualité car les caroténoïdes sont liposolubles, c'est-à-dire solubles dans le gras).

Cerise sur le gâteau, la carotte regorge de vitamines et de minéraux : le bêta-carotène cet anti-oxydant précurseur de la vitamine A (une vitamine très importante pour la vue et la peau notamment), est excellent pour la santé. 

La luthéine et la zéaxanthine, deux autres bêta-carotènes, sont également excellents pour les yeux : ils diminuent le risque de développer une cataracte.

 

Vision

 

La carotte comporte également des vitamines B (notamment de la B6), et de la vitamine K, (vitamine qui permet la coagulation de votre sang), et elle est très alcalinisante, plutôt intéressant pour contrer l'acidité métabolique liée à nos modes de vie.

Une dernière information sur la carotte : son goût sucré prête à dire qu'elle est calorique et apporte beaucoup de sucre.... Encore une idée reçue puisque ses fibres abaissent le passage du sucre dans le sang, son index glycémique est donc bas (16 quand elle est crue et un peu moins de 50 quand elle est cuite), bien plus bas que celui de la pomme de terre !

 

L'homéopathie, c'est quoi ?

Homéopathie, bientôt la fin ?

 

Homeopathie

 

Un sujet d'actualité puisqu'il est question de dérembourser l'homéopathie et pourquoi pas d'interdire cette belle spécialité...

Convaincue des bienfaits des thérapies complémentaires, et constatant que beaucoup ne connaissent pas les principes d'agissement de l'homéopathie, je me propose de vous expliquer simplement comment agit cette médecine singulière .

Car oui, elle agit, comme l'atteste de nombreux témoignages ou comme nous avons pu en faire l'expérience ! 

Le souci c'est que les scientifiques ne savent pas comment elle agit (les nombreuses dilutions ne permettant pas de retrouver de principe actif) et donc contestent son efficacité, mise sur le dos, au mieux, de "l'effet placebo" !

Il y a de quoi agacer les médecins-homéopathes (oui je dis bien "médecin-homéopathe" car en France, l'homéopathie est une spécialité que seuls les médecins peuvent exercer).

Alors comment concevoir qu'elle fasse tant d'adepte alors que l'on ne trouve aucun principe actif dans les granules ?

Explications : L'homéopathie a été fondée par le Docteur Hahnemann, en Allemagne à la fin du 18eme siècle. Elle repose sur 2 grands fondements : on cherche à reproduire, avec des élements de la nature, les maux de nos maladies (principe de la smilitude). Au fil des expériences, Hahnemann constate que plus les préparations sont diluées, plus elles sont efficaces (principe de la dilution).

 

Hahnemann

Je vais prendre un exemple que je donne souvent : l'allium cepa, en latin (terme botanique) l'oignon.

Qui n'a pas pleuré devant un bel oignon à éplucher et couper en fines lamelles ! Vous vous rappelez ?

L'allium cepa est utilisé dans certains rhumes pour lesquels on retouve les caractéristiques des maux déclenchés par l'oignon : des brûlures et larmoiements des yeux comme si il y a avait de la fumée et un écoulement du nez abondant et clair, liquide comme de l'eau (je ne donne pas ici toutes les caractéristiques).

Le but, en donnant l'allium cepa, est de faire réagir l'organisme afin qu'il se défende. C'est la loi de la similitude.

Ainsi le capsicum annum (poivre de Cayenne) sera donné dans certains cas d'inflammation par exemple.     

 

   42794186the simpsons movie homer 956 jpg

 

Pourquoi cela marche t-il ? défrayant règulièrement la chronique, il semblerait que l'homéopathie agisse grâce à la "mémoire de l'eau", un concept difficile à avaler pour pas mal de scientifiques, relevant plutôt de la physique quantique.

Quand à l'effet placebo, pourquoi pas puisque l'on sait qu'il entraine « des modifications de l'activité électrique de certaines aires du cortex cérébral et des effets neurobiologiques touchant l'enzyme nécessaire à sa production de sérotonine dans les neurones». (Le Figaro, sept 2012 "Le placebo peut-il vraiment soigner?") mais comment peut-on induire cela à un bébé, voire même, à un élevage entier de canards ???

 

Comment bien prendre l'homéopathie :

 

  • Laisser fondre les granules sous la langue.
  • A distance des repas.
  • Sans goût dans la bouche.
  • Ne pas consommer de menthe.
  • Si plusieurs remèdes sont donnés, les prendre à distance les uns des autres.

 

L'homéopathie uniciste :

La véritable homéopathie ! Ici, il nest pas question de proposer un remède pour un symptôme mais plutôt de trouver le remède propre au patient afin de relancer l'ensemble de l'organisme en corrigeant les déséquilibres.

La consultation homéopathique est assez longue puisque l'homéopathe se basera sur les caractéristiques propres au patient (individualisation et globalité des symptômes) afin de trouver son remède personnel parmi des milliers. Des caractéristiques tout-à-fait personnelles qui pourront porter sur des phobies particulières, des symptômes récurrents et périodiques, des cauchemars ou encore une répulsion de certains aliments par exemple.

Le remède correspondant au patient va relancer les processus d'auto-guérison en rééquilibrant le terrain.

 

Débat passionnant, médecine controversée depuis son tout début, l'homéopathie reste peu coûteuse mais surtout appréciée de beaucoup. Alors l'homéopathie bientôt la fin ? J'espère bien que non ...

Disponible encore quelques semaines sur France 5 :

https://www.france.tv/france-5/enquete-de-sante/856525-homeopathie-bientot-la-fin.html

Conférence sur le sucre du 14 octobre 2018

Comme promis, à la fin de la conférence que j'ai donné le 14 octobre dernier sur le sucre, je matérialise ici quelques sources qui m'ont permise de "creuser" le sujet sous toutes ses coutures !

 

 

Masques halloween bonbons

 

 

  • JAMA Internal medecine « Sugar Industry and Coronary Heart Disease Research” nov 2016
  • PubMed, (moteur de recherche d’études de biologie et de médecine)
  • Nutrition Journal, Ian Myles, chercheur au National Institutes of Health .
  • Alternative santé – La glycation -15/04/2015
  • Futura science “Santé cardiaque : l’industrie du sucre rejette la faute sur le gras”
  • “Sucre : un tueur en série” – Conférence du Professeur Castronovo
  • “Sucre le doux mensonge”, par Michèle Hozer, diffusé sur Arte .
  • « Le sucre ou la vie », Bruno Kleiner, Naturopathe
  • « Sucre, l’amère vérité », Robert Lustig, endocrinologue pédiatrique
  • « L’addiction au sucre selon le chercheur au CNRS Serge Ahmed »(voir sur mon site les vidéos « on ne nous dit pas tout »).

 

Egalement, les différents noms du sucre :

 

 

Detecter les etiquettes

Programme du salon du bien-être

SALON DU BIEN ÊTRE : DIMANCHE 14 OCTOBRE AU LUDION, de 10h00 à 17h00

 

LE PROGRAMME DES ATELIERS ET DES CONFERENCES !

Programme 2018

 

Salon bien-être 2018

 

Ne ratez pas le salon du bien-être, le dimanche 14 octobre 2018 au Ludion, à Villemoisson-Sur-Orge !

 

Salon ludion oct 2018

 

Vous y trouverez de nombreux participants, axés sur le bien-être. Ils vous feront découvrir, de 10h00 à 17h00 leurs spécialités au travers de différents ateliers et conférences.

 

J'y tiendrai une conférence à 13h30 intitulée "Le sucre ou la vie".

 

Pour tout savoir c'est ici : https://salon.villemoisson.org/

 

Nous vous attendons nombreux !

 

 

 

Vaccination 2018 : 11 vaccins au lieu de 3

1er janvier 2018 : l'année des 11 vaccins obligatoires

 

Résultat de recherche d'images pour "vaccination images non soumises à droit d'auteur"

Alors que beaucoup de nos voisins européens laissent en général le choix aux citoyens de se faire vacciner ou non (voir carte ci-dessous), depuis plusieurs années maintenant, la France, enregistre une baisse de la vaccination.

 

En effet, les derniers scandales liés aux médicaments, les financements de la campagne de notre Président, le poids financiers de l'industrie pharmaceutique et les déclarations d'Agnès Buzin (voir "prise de position" à la fin de l'article), ont engendré de la part des français une certaine méfiance.

 

Obigation vaccinale en France et en Europe en 2015 (Le Figaro)

Résultat de recherche d'images pour "vaccination images non soumises à droit d'auteur"

 

Il faut rappeler également que depuis 2008, on ne trouvait plus les seuls 3 vaccins obligatoires (DTP) sous forme combinée, abandonnés pour de vagues raisons d'intolérances (alors que ce trivalent ne comportait pas d'aluminium) mais des vaccins obligatoires et recommandés combinés, ce qui posait problème quand on voulait ne faire que les vaccins recommandés, mais également augmentait le coût.

Plusieurs pétitions ont d'ailleurs vu le jour car il était impossible d'être à jour de ses vaccinations sans se faire injecter un ou deux autres vaccins non obligatoires ...

Pour résoudre ce problème qui prenait de l'ampleur, notre ministre de la santé a trouvé la solution : au lieu de refaire fabriquer le DTP, Agnés Buzin a tout simplement décidé de protéger les français contre huit autres maladies : la coqueluche, le R.O.R. (rougeole, oreillons, rubéole), l'hépatite B, l'haemophilus influenzae, la méningite C, le pneumocoque.

Ainsi les vaccins recommandés que l'on trouvait associés aux obligatoires deviennent eux aussi obligatoires.

 

Les enfants nés à partir du 1er janvier 2018 devront donc se conformer à l'obligation vaccinales contre 11 maladies (il n'y a pas de rétroactivité sur cette loi).

Vous trouverez ci-dessous les obligations vaccinales pour les enfants nés avant 2018 et au 1er janvier 2018 (Service Public):

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F767

Un texte de loi sera intégré dans le PLFSS.

 

Notez bien que les parents ne se conformant pas à la loi ne seront pas sanctionnés mais les enfants devront être vaccinés pour bénéficier des structures publiques telles que les crèches et les écoles.

La Diphtérie

Quelles sont les maladies contre lesquelles on nous vaccinait, avant le 1er janvier 2018 ?

 

 

Vaccinations

 

En France, pour ceux nés avant le 1er janvier 2018, la seule vaccination obligatoire est la primo-vaccination du D.T.P.(Diphtérie, Tétanos et Poliomyélite), c'est à dire 2 injections à 2 et 4 mois et un rappel à 11 mois. Sur les 29 pays européens, seuls 10 pays obligent à la vaccination du D.T.P. (soit un tiers).

En France, après la primo-vaccination obligatoire, les rappels sont recommandés, sauf pour la poliomyélite où les rappels sont obligatoire jusqu'à l'âge de 13 ans. 

La vaccination du B.C.G. ayant été rendue facultative à partir de 2007, elle reste cependant conseillée notamment en île-de-France. Mais contre quelles maladies nous protége t-on ?

LA DIPHTERIE

La diphtérie : Dans le monde, elle touche majoritairement les enfants de 6 mois à 15 ans (En France, seulement 4 cas de diphtérie entre 2002 et 2010, tous importés). Elle est due à une bactérie qui, en déversant ses toxines, s'attaquent aux muqueuses de la gorge, parfois du nez et du larynx ce qui entrainent différents symptômes. La forme la plus bénigne est la diphtérie nasale : il s'agit d'un coryza (écoulement par le nez, souvent unilatéral) souvent avec des croûtes et quelque fois du sang. Le malade est alors immunisé mais devient un porteur sain. 

La forme la plus connue car impressionnante est l'angine diphtérique. : Sa principale manifestation est une infection des voies respiratoires supérieures avec une fièvre modérée, une mauvaise haleine ainsi que des vomissements. Elle fait penser à une banale angine. Ce qui la distingue c'est le gonflement du cou (oedème), des maux de tête, et souvent la présence de « fausses membranes » blanchâtres ou grisâtres (diphteria en grec signifie "membrane") qui s'étendent rapidement au niveau des amygdales ou dans le nez, rendant difficile la respiration.

 

3 dipth throat

 

La contamination : La diphtérie est très contagieuse : éternuements et toux sont suffisants pour transmettre la maladie. Plus rarement, du lait cru contaminé ainsi que les animaux (y compris de compagnie) peuvent être vecteurs de la maladie. L'incubation est de 2 à 5 jours.

Traitement :Un sérum antitoxinique est administré le plus tôt possible pour stopper les toxines. En parrallèle, un traitement antibiotique est mis en place pour tuer les bactéries. Selon l'OMS, environ 10 % des personnes meurent de la diphtérie (comprenant des personnes ayant reçu un traitement).

Traitement non conventionnel : Le Dr Neveu rapporte au milieu du 20eme siècle des cas de guérison grâce au chlorure de magnésium (travaux du Dr Delbet).

Fréquence :En France, le dernier cas autochtone déclaré date de 1989, et le dernier décès de 1982. Après plus de dix ans sans aucun cas notifié, 4 cas ont été rapportés entre 2002 et 2010, tous importés.

 

La diphterie 6 638

 

Controverse : Dans les pays en voie de développement, une certaine immunité naturelle est acquise, des souches de diphtéries, surtout cutanées étant encore très présentes. L'éradication de la diphtérie en France grâce à la vaccination (obligatoire depuis 1938 en France mais effective seulement à partir de 1945) est en effet sujet à controverse...

"En 1975, l'OMS publiait un document intitulé Quelques problèmes non résolus dans la diphtérie relevant que le vaccin n'était pas toujours efficace individuellement, et qu'il fallait une vaccination presque universelle des jeunes enfants pour contenir la maladie (division par mille du nombre de cas). Le degré de protection conféré par la vaccination avec l'antitoxine n'est souvent guère satisfaisant. 7 à 10 % des cas de diphtérie signalés aux États-Unis se déclarent chez des sujets complètement immunisés selon leur dossier, selon le rapport annuel de surveillance de la Diphétrie de l'US Communicable Disease Centre. Deuxièmement, il a été clairement montré par Frost en 1928, que l'immunité antidiphtérique est fréquente au cours de la première enfance à la suite d'infections cutanées impliquant C.Diphtheria (diphtérie cutanée) et dont les signes cliniques sont très ténus sinon absents. Il n'est donc pas possible de savoir dans quelles proportions l'immunité est acquise par voie de vaccination ou autrement."

D'après plusieurs données, il apparait que les cas de diphtérie sont plutôt corrélés aux conditions de vie...